Balcons de l’Aigoual

Balcons de l'Aigoual

Affiche Balcons de l’Aigoual

Au sein du collectif ‘Les Articulteurs’, Arnaud DUBOL-LE FRANC et Marie KERAUDREN réalisent une oeuvre de land art, fin Juin 2018, sur le Parcours ‘Les Balcons de l’Aigoual’.

Le «Sentier des Arbres liés» 

Présentation

Les Articulteurs, jeune collectif fondé par quatre personnes d’horizons variés, met en scène une nouvelle discipline qui réinvente l’art, l’agriculture et l’architecture dans le paysage. Elle s’appuie sur les capacités naturelles d’anastomose de certains arbres et sur les forces associatives et collaboratives humaines. Ces facultés d’anastomose nous invitent à apprivoiser et jardiner de jeunes branches pleines de vigueur et de surprises, pour permettre de créer une véritable bio-architecture vivante et durable. Celle-ci inspire de nouvelles formes novatrices d’architecture végétale, qui seront installées pour des siècles, avec et pour les gens.

Ce collectif est né de notre envie d’agir dans ce temps d’urgence planétaire. Aujourd’hui où l’on parle constamment d’environnement, de développement durable, de bien-être social, d’économie de moyens, sans en voir les fruits, l’œuvre d’arbre essaie de répondre à cette urgence à sa manière. Elle pourrait en réinterroger les pratiques des mondes urbains et ruraux de demain.

 

Collectif les Articulteurs

Collectif les Articulteurs sur le Mont Aigoual lors de leur résidence à la FIlature du Mazel

De fait, nous parcourons la France à la recherche de territoires ressources souhaitant agir. Cette année, pour la création de notre collectif, nous nous sommes aventurés à la filature du Mazel en résidence d’artiste. Ce fut aussi l’occasion de suivre au Plantier l’accompagnement d’un de nos sites pionniers. A cette occasion, nous avons pris connaissance de cet appel à projet, arpenté l’Aigoual à la découverte du sentier et observé ces arbres. Quantité d’anastomoses relevées, nous avons identifié les génies du lieu, puis dessiné notre carte mentale, pour en dégager deux sites à forte potentialité d’accueil d’œuvres d’arbre.

Les arbres nous surprennent encore et ceci ne fait que commencer ? Réapprenons à vivre avec.

L’anastomose et l’Œuvre d’arbre

Pour le botaniste ou le forestier, le mot anastomose décrit la fusion physique et fonctionnelle des organes de deux végétaux, en général appartenant à la même espèce, via les racines, les
branches voire les troncs. L’Articulture consiste à apprivoiser ces facultés d’anastomose dans l’exploration expérimentale d’une grande diversité de végétaux. Inventer une complicité jardinière dans l’accompagnement et la transmission de nos arbres permettrait de développer de nouvelles pratiques autour des jeunes branches en croissance. L’Œuvre d’arbre comme ambassadeur d’une nouvelle société plus végétale : Homo Urbanus Vegetalis.

Et si l’Articulture devenait un courant artistique durable de Land-Art du XXIème siècle et pour les siècles à venir ?

Dans son rapport à la matière, à l’Homme, au territoire et au temps. Un Land Art Durable comme acte politique, social et spatial, d’utilité publique offert aux générations futures. Ici, sur ce territoire si riche de sens, entre deux pères et deux mers, entre ciel et terre à l’horizon si  fragile et incertain, nous avons choisi de proposer deux œuvres, se répondant l’une à l’autre, (comme Messieurs Fabre et Flahaut), entre arbres et hommes, deux génies d’un monde qui doit se réconcilier et collaborer pour perdurer.

Propositions

Pour en savoir plus sur ce projet, consultez la page dédiée sur le site de la Filature du Mazel.

Retrouvez aussi le travail de Thomas Martin – membre fondateur du collectif, paysagiste-concepteur DPLG.

 

 

Les commentaires sont clos.